Je suis à un tournant de ma vie...

Vous êtes-vous déjà posé cette question ?

Personnellement, j'ai rencontré, à plusieurs reprises dans ma vie, des périodes de questionnements, de doutes, de remise en question.


A chaque fois, de nombreuses peurs sont remontées à la surface, mais j'ai quand même pris les virages.

Mon entourage n'a pas compris, m'a jugé, m'a critiqué mais j'ai osé changé ce qui ne me convenait pas.


Je vous partage quelques périodes de changement radical qui méritent le détour.


Aujourd'hui, je n'en regrette aucune. Il suffit simplement d'OSER écouter notre corps, il nous le dit clairement !

Si vous aussi vous vous retrouvez dans l'une de ces périodes d'interrogation, de changement à réaliser, si votre corps vous implore de passer à l'action mais que votre mental hurle de peur, j'ai des outils pour vous aider à passer le cap. Je vous en parle à la fin de cet article. Même s'il est long, je vous invite à aller jusqu'au bout, peut-être trouverez-vous une piste de réflexion pour votre situation actuelle.

Sinon, l'atelier "arbre de vie" pourrait vous aider à la découvrir.


Tournant N°1

Un job alimentaire dans l'administration m'insupporte au plus haut point. J'ai alors 26 ans, 12 ans de bons et loyaux services sans reconnaissance aucune, je dit stop ! Mes collègues ne comprennent pas, continuent de se plaindre sur leur sort sans jamais oser prendre la décision de changer de cap. J'ose, elles me critiquent, me jugent, changent d'attitude envers moi lors que je décide de partir en formation externe pendant un an. Un bébé de quelques mois, deux heures de transport en commun parisiens chaque jour et la reprise des études pour intégrer la session BTS. J'ai tenu bon, passé mon diplôme, je l'obtiens et je postule dans le privé. J'apprends différents outils, méthodes de gestion administrative, j'expérimente de nouveaux outils inaccessibles dans l'administration, j'en suis ravie. J'ai enfin l'impression d'évoluer professionnellement, je suis aux anges. J'ai osé prendre le risque de quitter le public pour le privé, malgré ma peur de l'inconnu.


Une première expérience dans une société privée américaine m'initie à l'informatique. Elle dure deux mois. N'ayant pas travaillé à l'étranger et encore moins pratiqué la langue de Shakespeare, l'aventure doit s'arrêter, même si tout se passe parfaitement bien.


Une semaine plus tard, je démarre un CDI dans une entreprise de nettoyage industriel, à 1.5 km de mon domicile, Le pied ! Je gère l'assistanat de 7 personnes et seconde l'assistante de direction. Je peux déposer mon fils directement à la garderie, puis à l'école et le récupérer le soir. Plus besoin d'assistante maternelle ni de courir après un RER, un métro ou un bus. Cependant, les mots émis par une personne lors de ma transition tournent en boucle dans ma tête "12 ans dans l'administration ne valent rien sur le marché du travail". Merci Monsieur ! Au lieu de me déstabiliser, tu m'as donné l'occasion de me surpasser et de te prouver le contraire !


Cette croyance, profondément ancrée, m'incite à.... donner plus que de raison dans ce job.


Nous sommes en 1992. J'ai 31 ans


Tournant N°2

Il me faut faire mes preuves... Des heures supplémentaires à n'en plus finir, non payées bien entendu, un manque de reconnaissance évident, j'assume deux postes en un, je réponds présente au PDG pour concevoir les dossiers complexes d'appels d'offre le dimanche matin, sans compensation aucune...

Un burnout en début de grossesse de mon second enfant....

Heureusement, j'écoute mon corps,

je lâche le boulot au profit de mon enfant.

6 mois allongée, le bébé ne tient qu'à un fil.

Le stress a raison de moi... et a failli me coûter la vie de ma fille...

Dieu merci, elle va bien ! OUF ! Je l'ai échappé belle !!!


Société rachetée par une holding financière inhumaine, le personnel trop ancien est évincé sous de multiples prétexte. Mon chef qui retourne sa veste au changement de direction... Aucune considération à mon égard avec tous les arrangements que j'avais réalisé pour lui anéantis, aucune reconnaissance....


Revenir travailler après la naissance dans ces conditions ? NON !

Je décide de prendre un congé parental pour m'occuper de mes enfants et de je m'installe à mon compte, en télésecrétariat. Après tout, quitte à utiliser mes compétences pour les autres, autant le faire pour moi et proposer mes services aux entreprises ! Je peaufine et démarre mon projet tout en gérant mon fils et mon bébé, depuis le confort de mon domicile.


Le début du télétravail. Nous sommes en 1996. J'ai 35 ans.


Tournant N°3

Mon activité se développe très bien. J'ai des articles de presse dans plusieurs magasines, je décroche la troisième place au concours Chronopost. Je mets en place un réseau de télésecrétaires et traducteurs pour répondre à des projets plus ambitieux. Nous décrochons plusieurs contrats d'envergure avec des entreprises parisiennes importantes. Je travaille 15 h par jour, mon couple bat de l'aile, nous ne sommes pas du tout sur la même longueur d'ondes. Mon fils connait du harcèlement des autres enfants au primaire. Nous le mettons dans le privé, il ne s'y plait pas. Je décide de les amener dans ma région d'origine, le sud-ouest. Le télétravail me le permet, je travaille chez moi. Je peux continuer d'honorer mes prestations à distance, à moins de 2 km de l'océan, pour le plus grand bonheur de mes enfants.


Changement de siècle, changement radical de vie. Nous sommes en 2000. J'ai 39 ans (virage des 40 ans)


Tournant N°4

La vie en province, bien que plus agréable, a aussi son lot d'expériences. Je perds un gros client en déménageant, le second plus important, avec qui je travaille depuis plusieurs années, décide de se restructurer. Il reste mon client unique, puisque je ne prospecte quasiment plus. Je perds 60% de chiffre d'affaires, la motivation d'en chercher d'autres, le burnout pointe le bout de son nez. Des conflits incessants avec le père de mes enfants, une famille recomposée compliquée, la conjoncture économique non propice, des difficultés familiales supplémentaires... Je dois reprendre quelques jobs alimentaires non épanouissants payés au smic, m'empêchant de continuer le télésecrétariat. Je m'investis, en parallèle, dans une entreprise de marketing de réseau. Je donne beaucoup, une fois de plus, pour "gagner ma vie". Je n'ai aucun soutien.


Nouvelles difficultés familiales et financières. J'ai 50 ans.


Tournant N°5

Nouveau divorce, les enfants quittent le nid pour vivre leur propre vie, je me retrouve seule. Séminaire de Tony Robbins à Londres et sa célèbre marche sur le feu en mars 2015. Retour dans mon job alimentaire dans un camping... gros décalage énergétique. Second burnout. Je lâche le MLM, je décide d'écrire mon histoire "Enfin Libérée" qui retrace mon évolution personnelle et donne des clés pour identifier les messages de la vie, à travers nos diverses expériences. Je m'intéressais au développement personnel depuis 2009, soit depuis déjà six ans, j'avais beaucoup progressé sur mes blessures de l'enfance, lu beaucoup de livres, suivi des coachs, conférenciers, auteurs, et autres personnages inspirants, suivi des formations et séminaires.


Début de mon métier d'écrithérapeute au printemps 2016. J'ai 55 ans


A chaque tournant, je ressentais un grand vide intérieur. Je pensais le combler en étant toujours en mouvement, à faire plusieurs choses en même temps. J'ai enfin compris que la seule façon de le combler est d'aller en introspection, d'aller chercher nos réponses à l'intérieur de nous, en faisant le calme, en apaisant notre ego mental. A partir de là, nous pouvons écouter notre âme et ses besoins véritables. Dans le tumulte, impossible de l'entendre, même si elle hurle...


Dans ces moments délicats, j'ai toujours eu recours à l'écriture, mais je tournais en rond, il me manquait des clés, trouvées lors de mes différents rendez-vous thérapeutiques avec différentes techniques alternatives (reiki, numérologie, eft, emdr, énergétique, mtc, référentiel de naissance, hypnose, PNL...), livres, séminaires, formations.


Poser sur papier ses questionnements permet d'en alléger l'ampleur, mais parfois, seul, il est compliqué d'y parvenir. Se faire accompagner peut être intéressant pour se poser les bonnes questions au lieu de tourner en rond comme le hamster dans sa cage.


Je vous propose différents types d'accompagnements pour vous aider dans ce cheminement personnel, mais l'atelier "Arbre de vie" permet de :

  • Réaliser un état des lieux ici et maintenant

  • Identifier nos racines (les plus, les moins, les neutres)

  • Mettre en lumière nos valeurs et nos besoins

  • Reconnaitre nos forces, nos réussites et nos ressources

  • Visualiser notre vie idéale pour définir des objectifs les plus ambitieux

Cet atelier est une journée d'éclaircissement, une sorte de bilan de compétences dans tous les domaines de la vie. Il est très puissant et efficace.

Découvrez les prochaines dates en cliquant sur l'image




Retrouvez mes autres articles sur mon blog


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux

Posts récents

Voir tout